Coups de coeurs,  Littérature Jeunesse,  Prix Littéraires,  Romans Fantasy

La passe-miroir, Tome 1 : Les fiancés de l’hiver – CHRISTELLE DABOS

La terre telle qu’on la connait n’est plus, le monde a été éclaté en plusieurs parties nommées les arches. Ophélie, une jeune fille qui habite sur l’arche d’Amina, possède la particularité de pouvoir « lire » l’histoire des objets qu’elle touche et d’être capable de voyager à travers les miroirs. Réservée, naïve et maladroite, elle est mariée de force par sa famille à Thorn, un homme d’une autre arche nommée Le Pôle. En partant là bas, elle va découvrir un nouveau monde très différent du sien où les complots et les secrets font partie du quotidien. Elle va tenter de survivre, de différencier ses amis de ses ennemis et surtout de comprendre pourquoi elle a été choisie pour cet étrange mariage….

Ce livre qui a reçu le Prix du premier roman jeunesse est le premier d’une série de 4 romans dont la série s’intitule « La passe-miroir ». Trois sont déjà sortis : « Les fiancés de l’hiver », « Les Disparus du Clairdelune » et « La Mémoire de Babel » – le 4ème est en cours d’écriture et sortira en 2019.

J’ai dévoré ce livre et je compte faire de même avec les suivants, qui j’espère seront aussi bons que le premier!

Si la Fantasy vous fait peur, sachez que nous sommes loin des univers moyenâgeux avec des armées, des monstres,…. c’est un monde de magie, de clans qui ressemble plus à Harry Potter qu’à Game of Thrones. Il est classé en littérature jeunesse mais il peut se dévorer à tout âge : c’est pas gnangnan du tout, c’est travaillé et bien ficelé.

L’intrigue est vraiment intéressante, mais ce qui m’a le plus plu au départ c’est tout l’univers que l’auteur a construit.
Dès le début du livre, j’ai été complètement captivée par ce monde qui ne ressemble à aucun autre : quelle imagination!! On découvre l’arche d’Ophélie, déjà très surprenant pour nous mais on a à peine le temps de s’y faire que très rapidement on découvre une autre arche: un monde étonnant pour Ophélie alors autant dire que pour le lecteur ça l’est encore plus!

Les stéréotypes ne font pas partie de ce livre et c’est ce qui permet d’être surpris par l’énigme et les rebondissements! Oui j’ai vu quelques intrigues arriver de loin mais très peu et du coup je n’avais qu’une envie: lire encore pour découvrir la fin!
> Même Ophélie est une héroïne bien loin des stéréotypes habituels et ça fait du bien de suivre un personnage « normal » si on peut dire car elle possède tout de même des pouvoirs (mais quasiment tout le monde en a ici) mais qui n’est pas surpuissante, qui n’a pas confiance en elle, qui est maladroite quand elle est stressée, petite, quelconque…. Par contre elle est  courageuse et arrive à s’affirmer tant bien que mal dans sa nouvelle vie et ne s’en sort pas si mal!
> Son fiancé, Thorn, n’est pas en reste puisque bien loin du prince charmant c’est un homme taciturne, très grand, peu séduisant et peu intéressé par sa fiancée qui ne semble là que pour un accord politique…

En conclusion, j’ai adoré! Si vous aimez les romans d’aventure et de magie, où l’imagination est maître, ce livre est fait pour vous :).

  • Émotions : On partage les émotions de notre héroïne : peur, déception, sentiment d’abandon, manque de confiance en soi mais aussi victoires, amours et amitiés… comme elle nous découvrons ce nouveau monde allant de surprises en surprises.
  • Action : Ophélie, à partir du moment où elle part dans l’arche de son fiancé, sera toujours prise dans les intrigues et dans l’action malgré elle.
  • Suspens : Que va t’il arriver à Ophélie ? Comment va t’elle s’en sortir ? Pourquoi l’a t-on choisie elle pour ce mariage ? Et plus que ça, il y a une intrigue liée à l’éclatement du monde > que s’est il passé ? Et qui sont les « esprits de famille », ces immortels qui règnent sur les arches ?

 

EXTRAITS

« – Tu ne payes pas de mine comme ça, fille. Tu te caches derrière tes cheveux, derrière tes lunettes, derrière tes murmures. De toute la portée de ta mère, tu es celle qui n’a jamais versé une larme, jamais braillé, et pourtant je peux te jurer que tu es bien celle qui a collectionné le plus de bêtises.
– Vous exagérez, mon oncle.
– Depuis ta naissance, tu n’as jamais cessé de te faire mal, de te tromper, de te casser la figure, de te coincer les doigts, de te perdre…»

« Elle n’osait pas le dévisager avec insistance, de peur qu’il ne sentît cette attention et ne se retournât brusquement vers elle. En deux coups d’oeil brefs, toutefois, elle se fit une idée de sa figure, et ce qu’elle en entrevit lui donna la chair de poule. La prunelle pâle, le nez tranchant, le crin clair, une balafre en travers de la tempe, ce profil tout entier était imprégné de mépris. Un mépris qui s’adressait à elle et à toute sa famille.»

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer