Romans historiques

Le manoir d’Alderney – ANNE PERRY

En 1910, Daniel Pitt est un jeune avocat londonien. Lorsque sa sœur et son mari reviennent d’Amérique pour quelques semaines de repos, ils entraînent Daniel dans la résolution d’une étrange affaire . Philip Sidney, diplomate britannique à l’ambassade de Washington, est en effet accusé d’avoir agressé une jeune fille de bonne famille et de lui avoir volé son pendentif avant de s’enfuir à Londres. A peine arrivé sur le sol britannique, celui-ci est également accusé de détournement de fonds. Chargé de sa défense, Daniel enquête sur l’affaire qui le mènera bien plus loin qu’une simple accusation d’agression et de vol…

——————-

On sent tout au long de la lecture que ce livre fait suite à un autre roman dont le personnage principal est l’avocat Daniel Pitt. Cela ne m’a pas gêné dans ma lecture globale car cette affaire est indépendante de la précédente, mais je pense que certaines références ou détails sur les personnages m’ont échappé car faisant référence au précédent opus.

——————-

J’ai tout de suite été plongée dans l’ambiance anglaise, bien sous tout rapport. L’auteure arrive à recréer cette ambiance de bonnes familles anglaises du début du siècle, où un certains nombres de choses sont tues ou exprimées de façon sous-entendues pour ne pas se soustraire à la bienséance et aux protocoles de l’époque.

Cette atmosphère se fond très bien avec l’ambiance de roman policier historique. Nous ne sommes pas ici dans un thriller, loin de là, je dirais même plus que c’est un roman « détective », un peu à l’ancienne. Et je pense que c’est en partie pour cela que je n’ai pas été complètement prise par l’histoire car ce n’est pas mon style préféré.

Je dois dire également que j’ai eu un peu de mal au début avec certaines tournures de phrases qui ne m’ont pas semblé fluides et même un peu lourdes à la première lecture : peut-être est ce dû au fait que le livre a été traduit de l’anglais.

Durant toute la première partie du livre, voire la plus grande partie, il y a très peu d’actions mais beaucoup beaucoup de réflexions de l’avocat qui cherche à régler l’affaire en question. Du coup cela donne un sentiment de répétition, avec tout le temps les mêmes questions sans réponses
(posées par le personnage principal Daniel) qui reviennent : « Est il innocent ou coupable ? S’il est innocent, qui a perpétué ces méfaits ? et dans ce cas pourquoi l’avoir accusé ?… »

——————-

L’action prend enfin le pas sur les réflexions, mais (beaucoup) trop tard à mon goût, et c’est à ce moment-là que l’histoire devient plus intéressante, pleine de rebondissements et avec une fin inattendue qui surprendra les lecteurs – je ne l’avais pas du tout devinée et pour cela, chapeau à l’auteure!

En résumé, pour les amateurs de romans policiers d’époque et de littérature anglaise, ce livre vous plaira est fait pour vous!

—————————

EXTRAITS

« – Avez-vous remarqué que, souvent, ce n’est pas un délit ou un scandale qui cause la chute d’un grand homme, mais les mensonges qu’il raconte pour éviter de l’admettre ? »

«Les jurés prêtèrent serment. Douze citoyens ordinaires, tous respectables, tous des hommes, naturellement. Les femmes étaient considérées comme trop frivoles, trop émotives pour prononcer un jugement important, susceptible d’affecter le reste de la vie de quelqu’un. On pensait qu’elles risquaient d’être effrayées, de ne pas comprendre.» 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer