Critique littéraire du Livre D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan
Autobiographies,  Prix Littéraires,  Thriller

D’après une histoire vraie – Delphine De Vigan

J’avais déjà lu et apprécié Les gratitudes et Rien ne s’oppose à la nuit de la même autrice. Mais dans ce roman, “D’après une histoire vraie”, Delphine De Vigan se surpasse et nous livre un thriller psychologique bien travaillé. De quoi se perdre soi-même! Ce livre a reçu de nombreuses récompenses dont le Prix Renaudot. Je vous invite à le lire, si ce n’est pas encore le cas. Découvrez mon avis ci-dessous :

——————-

Résumé :

Après le succès de son dernier roman consacré à sa mère, Delphine n’arrive plus à écrire. Entre son ami parti à l’étranger, des lettres de menaces reçues chez elle et sa panne d’inspiration, elle se sent seule et s’isole de plus en plus. Seule reste L., une nouvelle amie mystérieuse qui devient omniprésente dans sa vie...

——————-

Mon avis littéraire :

L’histoire centrale c’est celle de Delphine et de sa relation avec L.. Cette nouvelle amie qui arrive à s’immiscer en douceur dans sa vie pour au final y prendre toute la place et devenir indispensable.

Amie ou ennemie ? Sainte ou démon ? Qui est L. et que veut-elle ? Comment arrive-t-elle à développer une telle emprise sur Delphine ?

L’auteure arrive à développer cette relation ambiguë et la psychologie du personnage principal qui se retrouve piégé. Fragile, en manque de confiance, un peu perdue, elle est une “proie” facile pour qui saurait jouer un peu de ses sentiments. Delphine De Vigan nous entraîne dans un thriller psychologique de haut vol, sans relâche pour nous, lecteurs.

——————-

D’après une histoire vraie…

Le plus troublant dans ce livre c’est la part du vrai. Et c’est là que se trouve la vraie force d’écriture de Delphine De Vigan. “D’après une histoire vraie”, le titre est très bien trouvé. Ce serait donc une histoire véridique. Et pourtant, en est-on réellement sûrs ? Cela représente bien ce qui se passe pour le lecteur au fil des pages… à nous faire devenir fous de ne plus savoir démêler le vrai du faux.

Pour commencer, l’auteure s’inspire complètement de sa vie pour le personnage central : son métier, son dernier livre à succès sur sa mère, son compagnon… On croirait presque à une autobiographie. L’auteure aime semer le trouble…

Ensuite, durant la lecture, le doute s’insinue. L. existe t-elle dans la fiction ou la narratrice l’a t-elle inventée ? On cherche alors les indices, on se questionne. Pourquoi personne, à part la narratrice, ne l’a t-il vue ? Pourquoi n’y a t-il aucune photo d’elle ?…

Pour finir, l’auteure aborde le sujet de la part du réel et de la fiction dans la littérature via les dialogues. C’est un des sujets de discorde car L. souhaite absolument que Delphine écrive du “vrai” pour son prochain livre. Il n’y aurait que cela qui intéresse les lecteurs aujourd’hui, qui aurait de l’intérêt. Mais pour Delphine c’est compliqué. Ecrire son précédent roman a été périlleux et douloureux, et elle souhaite éviter au maximum de blesser son entourage.

Une fin alambiquée…

La fin m’a rendue perplexe et c’est encore un tour de force de l’auteure! J’aime bien les fins bien tranchées, où l’on sait et comprend complètement et sans questionnement la fin de l’histoire. J’aime connaître la vérité, le VRAI. Encore une fois, Delphine De Vigan arrive à nous questionner : qu’est ce qui est réel ou fiction ? Et est-ce si important de le savoir au fond ?

——————-

Adapté au cinéma :

Le livre a été adapté au cinéma en 2017 par Roman Polanski, avec Emmanuelle Seigner, Eva Green et Vincent Perez. Découvrez la bande annonce ici.

—————————

Extraits :

«Je voudrais raconter comment L. est entrée dans ma vie, dans quelles circonstances, je voudrais décrire avec précision le contexte qui a permis à L. de pénétrer dans ma sphère privée et, avec patience, d’en prendre possession. Ce n’est pas si simple.»

« J’étais bien placée pour savoir à quel point les gens, ou tout au moins certains lecteurs, aimaient le Vrai, cherchaient à le démêler de la fable, le traquaient de livre en livre. Combien d’entre eux avaient voulu savoir, dans mes précédents romans, ce qui relevait de l’autobiographie? La part du vécu.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer