Coups de coeurs,  Prix Littéraires,  Thriller

Entre deux mondes – OLIVIER NOREK

 Adam est un officier au service du régime de Bachar El-Assad, à Damas, en Syrie mais officieusement, il fait partie des rebelles qui souhaitent faire tomber le régime. Lorsque sa double identité est sur le point d’être découverte, il décide de fuir avec sa famille en Europe. Sa femme et sa fille partent avant lui et ils doivent se retrouver à Calais, dans un endroit nommé « La Jungle », synonyme pour eux d’espoir. En arrivant sur place, aucune trace d’elles, par contre il découvre la réalité de la Jungle, sa violence et son désespoir. En parallèle de son attente et de ses recherches, ses anciens reflexes de flic le poussent à enquêter sur des meurtres au sein de cette zone dans laquelle même les policiers français n’osent pas intervenir…

————————–

Ce livre va vous mettre une claque!

A travers les yeux d’Adam, on découvre l’espoir des migrants d’arriver un jour au Yuké (UK), et l’univers impitoyable de ce camp de réfugiés : ses différents clans, ses conditions de vie (hygiéniques, alimentaires), et ses particularités. C’est une zone sans loi, où la police n’entre pas, où personne ne veut parler aux flics, et où les ADN et empreintes digitales ne sont pas répertoriées. On y tue et on y viole donc sans crainte, pendant ce qu’on appelle la « nuit des lâches » : ces nuits où Adam entend des cris, des agressions, mais sans que personne n’intervienne, par peur des représailles.

Fraichement débarqué, Adam ne tient pas longtemps sans agir, et va sauver un enfant muet, qu’il nommera Kiliani. Cet enfant ne lâchera plus son sauveur et c’est un duo bien particulier qui se forme entre cet arabe imposant et balafré, et ce gamin noir qui ne parle pas. Leur route va croiser celle de Bastien, nouvelle recrue policière de Calais , qui lui aussi va découvrir, côté policier cette fois, toute l’horreur de la situation mêlée d’impuissance, de perte d’humanité et de manœuvres politiques. Ils se rencontrent le soir où Adam sauve Kiliani, et vont continuer à échanger lorsqu’Adam se porte volontaire pour aider la police de l’intérieur du camp.

————————–

Bien tranquille à lire, au chaud sur mon canapé, je me suis mise à penser à la Jungle; je veux dire à REELLEMENT y penser : à entrevoir les conditions de vie de ses hommes, femmes et enfants, leurs vies passées pleines de souffrances, et leurs vies actuelles remplies de déceptions et de désillusions face à l’Europe. Alors oui, j’ai suivi l’accroissement de la Jungle puis son démantèlement, le déferlement de migrants sur Paris, ect… mais là, l’auteur nous ouvre les yeux sur la réalité, à laquelle nous ne voulons pas vraiment penser : ces âmes, qui sont coincées ‘Entre deux mondes’ : « Les migrants fuient un pays en guerre vers lequel on ne peut décemment pas les renvoyer, mais de l’autre côté, on les empêche d’aller là où ils veulent. »

Petit-fils de migrant, l’auteur, Olivier Norek, est lieutenant de police à la section Enquête et Recherche de la Sous-Direction de la Police Judiciaire (SDPJ) en Seine Saint-Denis (93). Il connait donc bien le monde de la police et son fonctionnement, ce qui donne un premier aspect véridique à ce livre. Ensuite, il a fait un immense travail de recherche : un an d’enquête dans la Jungle, auprès des flics de Calais, des bénévoles humanitaires, des migrants,… puis 6 mois d’écriture pour aboutir à ce roman. Il le précise d’ailleurs à la fin du livre « Seule l’enquête de police, basée sur des faits réels, a été romancée ». C’est ce qui fait, entre autres, de ce roman, un tel coup de poing : c’est réel.

L’enquête en elle-même n’est pas l’élément qui m’a fait dévorer ce livre. Par contre, l’environnement dans lequel elle évolue et le destin de ces deux hommes et cet enfant m’ont tenus en haleine tout du long. C’était triste, révoltant, ahurissant, impensable, mais aussi attendrissant, émouvant et plein d’espoir : je le conseille vivement à tous!

—————————

A noter : Une adaptation à l’écran a été signée et sera réalisée par Gilles Paquet Brenner, le réalisateur d’«Elle s’appelait Sarah» (adaptation du livre de Tatiana de Rosnay).

Découvrez ici l’interview d’Olivier Norek sur ladepeche.fr.

—————————

EXTRAITS

« Regarde Wassim, dit-il en pointant du doigt le jeune Soudanais qui avait guidé Adam jusqu’à la plage. Il va encore provoquer les Anglais !
Les deux pieds dans l’eau, le regard portant au loin sur les côtes, Wassim mit ses mains en porte-voix et se mit à crier.
– Look at me, Youké! You see me, now! You know I am for real and I am coming for you!
Cette première apostrophe fut presque ironique, lancée sur un ton théâtral. Mais Wassim répéta encore et encore cette phrase et sa voix changea.
– Look at me, Youké! I am coming for you!
Le cri se fit supplique et bientôt, il n’y eut vraiment plus rien de drôle à voir ce jeune homme hurler son désir envers cette île qui le dédaignait, craignant sans doute qu’il l’envahisse, lui, dans son short trop court, avec son sweat élimé, des larmes plein les yeux et ses rêves bafoués.»

«Cherchez pas, ça n’existe nulle part ailleurs et dans aucun texte de loi. C’est du fait maison Calais, spécialité locale. En gros avec ce statut bâtard, on ne peut pas les interpeller. Logique, si on refuse de les intégrer à la France ce n’est pas pour les faire rentrer dans le système judiciaire. Mais on ne leur donne pas non plus la qualité complète de réfugiés, sinon, il faudrait s’en occuper. Donc avec cette appellation de réfugiés potentiels, ni on ne les arrête, ni on ne les aide. On les laisse juste moisir tranquilles en espérant qu’ils partiront d’eux-mêmes.» 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer